Quand fait-il trop froid pour travailler?

Sur la base d’une analyse des risques, l’employeur doit prendre des mesures pour éviter le dépassement des valeurs d’actions légales pour le froid, précédemment appelées températures maximales. Lorsqu’un tel dépassement ne peut pas être exclu, l’entreprise doit disposer d’un programme de mesures techniques et organisationnelles qu’elle peut appliquer immédiatement lorsque la température effective est inférieure à la valeur d’action.
Le CPPT (Comité pour la Préventions et la Protection au Travail) doit donner son avis sur ce programme. L’objectif est d’évaluer au préalable à quels postes de travail et dans quelles circonstances il fera trop froid pour travailler, et de prévoir les mesures nécessaires. 
En cas de froid excessif d’origine technologique (installations frigorifiques…), l’employeur doit toujours prévoir des vêtements de travail et des équipements de protection individuelle adéquats, limiter les courants d’air, sécher les vêtements de travail en temps voulu et mettre des boissons chaudes à disposition. Le conseiller en prévention-médecin du travail peut estimer nécessaire d’instaurer des temps de repos.
En cas de froid excessif d’origine climatique, les locaux de travail ouverts ainsi que les lieux de travail en plein air doivent être pourvus de dispositifs de chauffage durant la période comprise entre le 1er novembre et le 31 mars de l’année suivante. Ces appareils de chauffage doivent être mis en marche lorsque la température extérieure est inférieure à 5°C. Ils peuvent aussi être installés à d’autres endroits (locaux, constructions provisoires, véhicules, etc.) si les représentants des travailleurs au CPPT ou, à défaut, la délégation syndicale, marquent leur accord à ce sujet.

Quand fait-il trop froid pour travailler?

Les valeurs d'action pour l'exposition au froid sont mesurées au moyen d'un simple thermomètre et tiennent compte de la charge physique de travail.
Charge physique de travailValeur d'action pour le froid
Très légère18°C
Légère16°C
Moyenne14°C
Lourde12°C
Très lourde10°C

Les valeurs d’action en cas de charge de travail très légère, légère et moyenne sont légèrement inférieures à celles qui figuraient précédemment dans le RGPT. Celles-ci ont en effet été adaptées aux dernières normes internationales. Ces valeurs protègent la santé des travailleurs, mais n’apportent aucune garantie quant au confort du lieu de travail.
La charge physique est l’énergie que le travailleur doit fournir par seconde (Watt). Pour vous donner une idée de ce que cela représente dans la pratique, voici quelques exemples:
  • travail très léger (moins de 117 Watt): travail en position assise ou debout au repos.
  • travail léger (117 à 234 Watt): travail de secrétariat, travail assis avec de petits appareils, inspection, assemblage léger, conduite d’une voiture, forage, polissage léger de petites pièces, marche occasionnelle et lente…
  • travail moyen (235 à 360 Watt): travail ininterrompu avec les bras et les mains (clouer, visser…), conduite de véhicules, de tracteurs, de camions…, manipulation occasionnelle d’objets de poids moyen, marche un peu plus rapide (3,5 à 5,5 km/h)…
  • travail lourd (361 à 468 Watt): travail intense avec les bras et le tronc, manipulation de matériaux de construction lourds, bêchage, sciage à la main, rabotage, marche rapide (5,5 à 7 km/h), manipulation (en avant et en arrière) de chariots et de brouettes…
  • travail très lourd (plus de 468 Watt): travail très intense et très rapide, bêchage intensif, excavation, montée d’échelles ou d’escaliers, marche extrêmement rapide, pas de course (>7km/h)…

Trop froid pour travailler ?