Projet dialogue social

ACV-CSC METEA partenaire actif dans un projet européen sur le dialogue social dans les secteurs du textile et de l’habillement

Le dialogue social constitue un des piliers du modèle social européen. Il permet aux partenaires sociaux (organisations patronales et syndicales) de jouer un rôle important dans le développement de l’Union européenne, plus particulièrement dans le domaine de la politique socio-économique. Au cours de la période suivant la crise financière, l’Union européenne a constaté que les pays ayant un dialogue social fort, ont mieux résisté à la crise. La pratique démontre que le dialogue social constitue un levier important pour la cohésion sociale. La Commission européenne veut renforcer la dimension sociale de l’UE et aider les organisations des travailleurs à jouer un rôle actif dans le développement d’une Europe sociale et moderne. 
La Commission européenne a un budget pour cofinancer des projets qui contribuent au renforcement du dialogue social au sein de l’Union et au sein des Etats membres. Les organisations qui remplissent les conditions, peuvent introduire des projets auprès de la Commission. Nos collègues du syndicat portugais FESETE ont introduit un projet sur le dialogue social dans les secteurs du textile et de la confection. Ce projet a été approuvé par la Commission. Au total 4 syndicats ont joint leurs forces pour mener ce projet à bon port : FESETE (coordinateur du projet), Disk Tekstil (Turquie), OS Tok (Tchéquie) et ACV-CSC METEA (Belgique). 
Ce projet se donne pour mission de renforcer le dialogue social en général et les négociations collectives aux niveaux des secteurs et des entreprises en particulier. Il veut œuvrer à un dialogue social de bonne qualité, un véritable dialogue entre employeurs et travailleurs capable d’avoir un impact positif sur l’emploi, sur la qualité du travail et sur la compétitivité nos entreprises. Par le biais de formation et de conscientisation, ce projet veut faire comprendre aux gens le fonctionnement et les résultats du dialogue social, et mettre en évidence son importance pour le développement industriel et le processus de prise de décision démocratique. 
Le projet veut d’abord établir un état des lieux détaillé de la concertation sociale et des rapports de travail dans les pays concernés. Les points forts, les points faibles, les meilleures pratiques, les expériences négatives… Le fait que chaque organisation qui participe à cette initiative représente une région spécifique, rend cet exercice encore plus intéressant et bien plus représentatif de la situation dans l’Union Européenne et au-delà. 
Le projet veut également faire un gros plan sur les difficultés accrues auxquelles sont confrontés le dialogue social, les négociations collectives et le travail syndical. Voir si et sous quelle forme cette évolution est également constatée dans les autres pays concernés et ce qui peut être envisagé pour parer à cette évolution. Sur base de toutes ces informations, le projet veut participer activement aux nouvelles formes d’organisation du travail qui répondent mieux aux besoins aussi bien des travailleurs que des entreprises en matière d’emploi, de sécurité, de santé, dans le domaine de la combinaison vie professionnelle - vie privée, la formation, la productivité et la compétitivité. 
Le projet veut contribuer à un renforcement général des réseaux syndicaux, une meilleure compréhension des problèmes dans les autres pays, une collaboration plus étroite et une intensification des synergies entre les niveaux national et international. Les connaissances et l’expérience ainsi acquises pourront également être utiles à d’autres syndicats dans le cadre d’IndustriAll Europe. Les partenaires FESETE (Portugal) Est l’initiateur et le coordinateur du projet. FESETE est une centrale professionnelle nationale pour le textile, l’habillement, l’industrie de la chaussure et du cuir qui est membre de la Confédération syndicale nationale CGTP-IN et d’IndustriAll Europe. 

Les partenaires

FESETE 
défend les intérêts des travailleurs du textile, de l’habillement et de l’industrie du cuir et de la chaussure, entre autres en négociant des conventions collectives de travail, en faisant du travail législatif préparatoire et en assurant une formation. 
OS-TOK (République tchèque) 
Est un jeune syndicat indépendant, créé en 1990. OS-TOK défend les intérêts des travailleurs du textile, de l’habillement et de l’industrie du cuir. Ce syndicat compte quelque 4.276 affiliés qui sont essentiellement des ouvriers. Il assure un service juridique dans des dossiers syndicaux, se bat pour les conditions de travail et de rémunération, s’occupe de la sécurité et de la santé, des négociations collectives au niveau des entreprises, et organise des formations pour ses affiliés. OS-TOK est membre d’IndustriAll Europe. DISK Tekstil (Turquie) 
L’histoire de Disk Tekstil est courte, mais très mouvementée. Créé en 1965, ce syndicat fut liquidé en 1990 par le gouvernement militaire de l’époque. A ce moment, l’organisation comptait quelque 100.000 affiliés. Mais très vite, Disk Tekstil a pris un nouveau départ. A partir de 2001, les secteurs du textile et de l’habillement ont sérieusement souffert de la concurrence de la Chine, du Pakistan et de l’Indonésie, ce qui a provoqué une forte baisse du nombre d’affiliés. Actuellement, Disk Tekstil compte quelque 11.000 membres. Le syndicat conclut des CCT dans les entreprises locales tout comme dans des sites d’entreprises multinationales. 
ACV-CSC METEA
ACV-CSC METEA est le plus grand syndicat national d’industrie qui défend les intérêts de tous les ouvriers des secteurs du métal et du textile.