La coupe est pleine

Nous en avons plus qu’assez des attaques permanentes du gouvernement et des employeurs qui visent l’argent et les droits des travailleurs!
Un ménage moyen perd entre 1.200 et 1.500 euros par an, soit au moins 100 euros par mois. À cela s’ajoutent les coupes sombres opérées dans les services publics et l’enseignement. Les «jobs, jobs, jobs» se font attendre, tout comme une concertation sociale digne de ce nom. Les corrections sociales sont scandaleuses. Aux travailleurs, aux malades et aux allocataires sociaux les fardeaux, aux riches et aux nantis les privilèges. Accroître encore la flexibilité n’est pas tenable. La semaine des 38 heures n’est pas négociable. Fini les manigances des gouvernements et des employeurs! Travailler plus longtemps, plus dur et plus difficilement pour un salaire réduit et moins de pouvoir d’achat, voilà ce que veulent ces gouvernements et ces employeurs. Notre conception est différente.

Nos alternatives à la politique antisociale du gouvernement

Jobs

  • La création d’emplois via une politique de relance et d’investissements
  • Une véritable approche de la soutenabilité du travail sur l’ensemble de la carrière, avec un emploi adapté pour les travailleurs âgés, la sauvegarde du crédit-temps et de l’interruption de carrière et la garantie d’emplois décents pour les jeunes. Pas de flexibilité imposée unilatéralement dans les secteurs et les entreprises
  • Des investissements dans les services publics, les infrastructures et le non-marchand
  • Des alternatives telles que la réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauches compensatoires.

Pouvoir d’achat

  • Le respect de l’indexation automatique des salaires et des allocations sociales ainsi que de la liberté de négociation
  • Des services publics forts, de qualité et accessibles parce qu’ils représentent un important pouvoir d’achat pour tous les citoyens grâce à une redistribution fiscale juste des richesses produites.

Pensions

  • Le rétablissement de l’âge de la pension légale à 65 ans
  • Des pensions décentes et dignes
  • L’alignement des pensions du privé sur celles du public
  • Le maintien du mode de calcul actuel de la pension, pour le secteur public comme pour le secteur privé
  • Le maintien des périodes assimilées et un meilleur calcul de la pension pour les femmes qui travaillent à temps partiel
  • La prise en compte de la pénibilité du travail pour déterminer la durée de la carrière et l’âge de départ.

Fiscalité équitable

  • Une contribution égale de tous les revenus, en fonction de la capacité contributive, selon le principe de la globalisation des revenus. Un euro est un euro, peu importe comment on le gagne
  • Une contribution accrue des revenus du capital et des loyers plutôt qu’un renforcement de l’imposition sur la consommation
  • La priorité à la lutte contre l’évasion fiscale et la criminalité financière.

Services publics de qualité

  • Des services publics suffisants et de qualité au service de tous. Une diminution des services publics renforce en effet le pouvoir des plus forts, de ceux qui en ont les moyens
  • Un enseignement qui reçoive les moyens d’enseigner aux jeunes et de les accompagner pour en faire des adultes bien formés, solides et critiques.

Sécurité sociale

  • Un financement stable et suffisant de sorte que tous ceux qui doivent vivre d’une allocation perçoivent un revenu décent
  • Une assurance maladie de qualité, accessible à tous.
Nos alternatives reposent sur un modèle sociétal juste. Avec une fiscalité juste. Avec des services publics de qualité. Avec une protection sociale solide. Dans le respect de la concertation sociale et de la liberté de négociation.