Fermeture des Laminoirs de Longtain

Malheureusement, la tentative de reprise dont nous vous parlions la semaine dernière (voir article du 4 février 2016) a échoué. 
Un problème technique massif est apparu. Tout a été mis en œuvre pour le résoudre mais en vain. 
Les ouvriers, et le nouveau propriétaire, Joseph Fascella, auront cru jusqu'au bout à la reprise des Laminoirs de Longtain. Cette usine de production de tubes métalliques de la région du Centre avait été relancée au début du mois de février et les 19 travailleurs en étaient très fiers. 
«Mais après une vingtaine de minutes, les machines se sont arrêtées. A chaque fois qu’on réparait une panne, une nouvelle arrivait. Les machines sont restées trop longtemps éteintes, et certaines ont été sabotées. Joseph Fascella, le nouveau patron, avait déjà dépensé des sommes considérables pour relancer le site. Mais à force de réparations, les caisses se vidaient rapidement. Il lui restait juste de quoi assurer ses obligations sociales. Il n’a pas pu faire autrement que de mettre la clé sous la paillasson », explique Camillo D’Aloisio, permanent ACV-METEA en charge du dossier. 
Le carnet de commandes des Laminoirs était pourtant bien rempli mais impossible de les honorer. Joseph Fascella a donc pris la décision de cesser les activités, «tant qu'il reste de l'argent en caisse. Il est en effet de mon devoir d'honorer mes engagements auprès du personnel en payant les préavis. Si on avait attendu encore, les caisses auraient été vides». L'homme d'affaires, propriétaire de 51 % des parts de l'entreprise, tout comme la Région wallonne via la Sogepa (actionnaire à 49%), ont perdu gros dans l'aventure, «Environ 2 millions d'euros», précise Joseph Fascella. «Mais ce n'est pas le plus grave. C'est moralement que c'est le plus dur.» 
Que vont maintenant devenir les Laminoirs de Longtain ? Une partie du site appartient toujours à l'ancien propriétaire Stéphan Jourdain, qui devrait la vendre à la Ville de La Louvière pour un projet de contournement routier. «J'ai eu une entrevue informelle mardi soir avec des représentants de la Ville, les seuls repreneurs possibles, à mon avis. Ils ont marqué un intérêt pour le terrain mais sans rien promettre», indique Joseph Fascella. 
Pour les travailleurs, la déception est immense. «Cet échec, c'est celui de tous car l'usine était un peu à nous, mais nous comprenons et respectons la décision de Joseph Fascella. On ne voulait pas d'une nouvelle faillite. Il a pris toutes ses responsabilités et il a eu du courage», souligne Vito Petaroscia, ouvrier de Longtain et délégué ACV-CSC METEA. Les travailleurs seront donc licenciés et ils intégreront une cellule de reconversion du Forem.