Inox : mesure anti-dumping nécessaires

150108-aperammoyen
ACV-CSC METEA, la LBC et la CNE ont écrit ensemble à Kris Peters, ministre fédéral de l’Emploi, et à ses homologues régionaux, pour leur faire part de la situation préoccupante dans le secteur de l’inox. En Belgique, près de 5000 personnes sont employées de façon directe et indirecte dans cette branche ; Aperam Genk et Aperam Châtelet étant les principaux fleurons. 
Une distorsion à la concurrence est créée en raison des prix 20% moins chers pour les produits plats à froid en aciers inox importés de Chine et de Taïwan. Ce dumping s’est autant amplifié en raison de l’affaiblissement de la demande intérieure chinoise alors que la productions d’acier inox confirme un rythme de croissance de 20% cette année.
Pour éviter une nouvelle catastrophe sociale dans des régions déjà sinistrées (le Limbourg et le pays de Charleroi), les trois centrales professionnelles ont exhorté les ministres de l’Emploi fédéral et régionaux et les députés européens belges à prendre des mesures anti-dumping sur les importations chinoises et taïwanaises et ce, en adéquation avec le Plan Acier de la Commission européenne. Ces mesures permettraient d’assurer les conditions de marché justes pour nos entreprises en leur garantissant la viabilité indispensable au maintien de 5000 emplois directs et indirects belges.